Cité Million | Dullague | Grangette | Iranget

Atelier de pratiques artistiques à l’école Casimir Péret

La Fleur de Jeunesse

Présentation du Conte créé, conté et mis en scène et en musique avec les enfants de la classe de CM1 de Mme Katia Rival de l’école Casimir Péret, Mireille Nell conteuse et Jean-Serge Beltrando musicien. Cette version a été créée à partir de la structure du conte type 550 Le Merle blanc, suite à une déambulation dans le quartier pour mettre en lien des lieux réels traversés avec les lieux imaginaires du conte. Des morceaux de musiques ont été créés à partir du collectage de sons dans le quartier. 

Ecouter les sons

Restitutions les Jeudi 6 février 2020 à 17h45 à l’école Casimir Péret et vendredi 7 février à 14h30 à l’EPHAD la Pinéde – Espace Perréal

Retour de Katia, enseignante de la classe de CM1

« Ce projet a été très enrichissant pour les élèves. Il a permis de fédérer le groupe classe.

Ce projet a apporté à la vie du groupe : développement d’attitudes d’écoute, d’entraide, de respect des autres, de cohésion

Mais aussi à chaque enfant ; au niveau de l’expression orale : oser s’exprimer, mémoriser des textes, les mettre en voix. Au niveau de l’expression corporelle : exprimer ses émotions, redécouvrir leur quartier avec un autre regard mais aussi de créer un lien intergénérationnel avec les résidents de l’EHPAD.

J’avais des inquiétudes en temps qu’enseignante par rapport à ce projet très dense et long à mener, par rapport au comportement des élèves ( manque d’attention, de concentration).

Mais lors des restitutions, les élèves ont été très investis, concentrés, bien en place. Ils ont réussi à dépasser leur timidité, leur stress. Toutes les familles étaient présentes le jour du spectacle.

Je remercie Mireille et Jean-Serge pour la réalisation de ce projet qui a beaucoup apporté au groupe classe et aux enfants dans leur développement personnel.»


Du témoignage au partage

Mémoires – Trajectoires – Points de vue

En mots, en danse, en musique


La compagnie L’entre2 a partagé deux moments d’écoute de témoignages d’habitants mis en danse et en musique. Le premier lors d’un Impromptu depuis la place de la Grangette jusque dans l’enceinte de l’ancien hôpital. Le deuxième lors d’une restitution le Vendredi 28 février à 09h00, à la maison de quartier Georges Brassens.

Projet réalisé en partenariat avec la Maison de quartier Georges Brassens à Béziers.

Découvrez les témoignages

Tissages de paroles

Mémoires et vie du quartier
Paroles mises en musique (1)
Réflexions sur la personne âgée 
Paroles mises en musique (2)

La voix des femmes

Asma, lu par Mireille Nell (1)
Asma, lu par Mireille Nell (2)
Fatna
Fousilla
Rachida
Latifa, lu par Jean-Serge Beltrando
Fatima
Nafie, lu par Jean-Serge Beltrando (1)
Nafie, lu par Jean-serge Beltrando (2)
Asma

L’association Familles de France

J’ai rêvé la Grangette

Roger-Louis
Marie-Rose et Georgette

Retours d’expériences suite à la restitution

Retour de Asma Salhi

« La prise de parole en public des femmes sur Mémoires Trajectoires Points de vue (vendredi 28 février 2020) ainsi que les différentes séances de préparations de leurs discours en amont démontrent les efforts constants et ce besoin spécifique de maîtriser cette langue pour leur estime de soi, leur confiance en soi, leur insertion sociale et professionnelle et d’autre part, leur quête d’une réciprocité, d’une reconnaissance humaniste, citoyenne, et d’appartenance à ce territoire. La valorisation  passe par prendre ce droit de parole: mettre en avant les formes saillantes et prégnantes de son propre discours, transmettre une part singulière et plurielle de son recit de vie à la croisée des destins universels.
« Qui peut prétendre être soi sans prendre position »
Cet amour propre qui émerge tout au long de ce travail (ce sont des moments d’introspection), cet amour propre, ce sentiment d’être belle, les femmes présentes ont appris à les tirer de leurs coeurs, de leurs passions et de leurs engagements assez tôt. Une force, une justesse dans leurs discours et des mots qui résonnent, font échos : être a l’aise avec soi-même, reconnaitre enfin la vraie femme devenue.
Quand nous portons notre histoire de femme, la tête haute même si elle comporte des blessures, personne ne peut nous faire douter de notre valeur. Il est hors de question de cesser d’être soi pour tenter d’entrer dans les boites conçues par d’autres en fonction de leurs projections.
Chacun(e) décide de ce qui convient à son épanouissement. Prendre sa place. »

Retour de Antoinette Carrière et André Capomaggio

« Nous avons été très agréablement surpris par ce mélange très réussis d’interviews et de danse.

Très belles prestations.

Très émus par le témoignage des personnes qui sont intervenues et particulièrement celui d’Asma. »

Retour de Jennifer Douard, référente Familles Maison de quartier Georges Brassens

« J’ai beaucoup apprécié cette restitution. Les témoignages étaient riches en émotion, notamment ceux présentés par les femmes. Belle énergie durant cette matinée. Il serait peut-être intéressant de représenter ce travail à un public plus nombreux. A mon sens, ce travail mériterait d’être écouté et vu par un plus grand nombre.

Merci pour ton travail et celui de l’association Ensemble Citoyen. Bravo! »

Retour de Nathalie Jeanguyot, référente Séniors Maison de quartier Georges Brassens

«Dans les témoignages des femmes, j’ai retenu que si l’on parle beaucoup de l’isolement des séniors qui ont leur famille loin, elles sont aussi très isolées même avec un mari et de jeunes enfants : le fait de quitter son pays, sa famille, de ne pas savoir parler français. Il y a une longue période difficile et heureusement qu’avec les enfant qui rentrent à l’école elles peuvent se rencontrer. Je ne m’en rendais pas compte parce qu’on les voit toujours ensemble.»

Ces projets sont soutenus par


A découvrir

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :